Rechercher
  • Audrey Robert

La Réunion face à une épidémie de divorces. Maître ROBERT répond au JIR

1) D'après une enquête IFOP parue en juillet dernier en métropole, 1 personne sur 4 songe ou a songé à divorcer ou à se séparer de son conjoint. Cette envie de séparation serait exacerbée par le confinement et les couvres-feux. Depuis le début de la crise sanitaire, avez-vous constaté plus de crispations dans les couples, ainsi qu'une hausse de divorces à la Réunion ? Bref, est-ce que le phénomène se vérifie aussi dans l'île ? Effectivement, de nombreuses personnes semblent franchir le pas suite au confinement qui a agi sur elles comme un électrochoc. On a pu donc constater une augmentation du nombre de personnes qui viennent soit se renseigner pour anticiper une éventuelle séparation, soit qui sont bel et bien décidées à engager une procédure de divorce. Elles nous expliquent souvent avoir vu "le vrai visage" de leur conjoint ou conjointe avec qui elles se sont retrouvées 24h/24, alors qu'auparavant les époux ne se retrouvaient que le soir et le week-end ! La prise en charge des enfants, la gestion des tâches ménagères, le comportement du conjoint durant cette période sont souvent ce qui déclenche cette prise de conscience. 2) Quel est le profil des personnes qui sautent le pas : la tranche d'âge, le sexe, la catégorie professionnelle... J'ai pu constater que les profils étaient extrêmement variés, cela va du jeune couple fraîchement marié et sans enfant qui veut divorcer amiablement et rapidement (se rendant sans doute compte qu'ils se sont trompés en se mariant ensemble), à l'épouse mariée depuis quarante ans et sans ressources qui s'est aperçue, avec le confinement, de ce que sera son quotidien une fois Monsieur à la retraite...Toutes les tranches de la population, quels que soient leur âge ou leur catégorie professionnelle, semblent concernées par cette prise de conscience que le confinement ou la situation actuelle tendue ont pu entraîner. En revanche, j'ai constaté dans ma pratique que ce sont souvent les femmes qui décident d'entamer les démarches. 3) Quelles sont les raisons les plus souvent évoquées pour justifier une séparation ? Chez les hommes et chez les femmes ?

De manière générale, confinement ou pas, les raisons sont évidemment multiples et il n'y a pas vraiment de "hiérarchie" entre elles. Certaines personnes n'ont tout simplement plus de sentiments pour leur époux/se et veulent une séparation la plus sereine possible "en bonne intelligence", d'autres s'aperçoivent qu'elles ont été trompées une fois ou pendant plus longtemps, d'autres sont victimes de l'indifférence de leur conjoint, voire plus grave encore de maltraitances psychologiques ou physiques. Dans ce dernier cas, les personnes mettent bien souvent plus de temps à passer le pas car elles sont généralement sous l'emprise de leur conjoint ou conjointe.


Propos recueillis par Nathalie TECHER - Le Journal de l'Ile de la Réunion - 29/08/2021

0 vue0 commentaire